Mes 5 Conseils Pour Vos E

Le commentaire de projets agile

Dans la Notre Dame allant selon les cieux, imperceptiblement aucun mouvement; mais que tu la regardes plus, surtout il semble qu'elle s'approche. Sur sa personne rien n'est exprimé, c'est-à-dire sur lui il n'y a pas d'expression clair, ayant le nom défini; mais dans lui tu trouves, dans quelque liaison mystérieuse, tout : le calme, la propreté, la grandeur et même le sentiment, mais le sentiment déjà qui a passé à l'étranger terrestre, donc de paix, constant, ne pouvant pas indigner déjà les clartés chaleureux. Aux yeux d'elle il n'y a pas de brillance (le regard brillant de la personne est toujours le signe de quelque chose extraordinaire, accidentel, et pour elle il n'y a pas déjà de cas - tout s'est accompli); mais à eux il y a quelque obscurité profonde admirable; à eux il y a quelque regard nulle part non particulièrement dirigé, mais comme si voyant l'immense.

Elle ne soutient pas le bébé, mais ses mains et servent librement à lui du trône : et en effet, cette Notre Dame est non l'autre que, comme le trône animé de Dieu, sentant la grandeur étant assis. Et il, comme le roi de la terre et le ciel, est assis sur ce trône. Et dans ses yeux il y a un même regard ne nulle part dirigé; mais ces yeux brillent comme les éclairs, brillent par cet éclat éternel, que rien ni produire, ni ne peut pas changer. Une main du bébé avec la puissance s'est appuyée sur le genou, l'autre comme si est prêt à se lever et s'étendre sur le ciel et.

Je ne comprends pas, comme la peinture limitée pouvait produire l'immense; devant les yeux la toile, sur lui les personnes entourées des lignes, et tout est gêné dans un petit espace, et malgré ce fait, tout est immense, tout sans restriction! Et est exact, vient sur l'idée que ce tableau est né à la minute du miracle : le rideau, et le secret du ciel s'est ouvert aux yeux de la personne. Tout se passe au ciel : il semble vide et comme si brumeux, mais cela non le vide et non le brouillard, et quelque lumière calme peu naturelle, complet par les anges, qui présence tu sens plus, que tu remarques : on peut dire que tout, et l'air, s'adresse à l'ange propre en présence de cette vierge céleste passagère. Et Raphael a signé parfaitement le nom sur le tableau : au dessous d'elle, de la frontière de la terre, un de deux anges a dirigé les yeux pensifs à la hauteur; une importante idée profonde règne sur la personne puérile; si n'était pas tel Raphael à l'époque où il pensait de la Madone ? Sois le bébé, sois l'ange par la terre pour avoir l'accès au secret céleste. Et comme peu de moyens fa au peintre pour produire quelque chose un tel, de quoi on ne peut pas épuiser ! Il écrivait non pour les yeux, tout levant à l'instant et sur l'instant, mais pour l'âme, qui que cherche plus, surtout trouve.